Compte-rendu de la conférence du 13 février : « La rêverie et les songes, l’intuition au service de la créativité et de la connaissance ».

Cette intervention a eu lieu dans le cadre du cycle des conférences de l’association Art Sciences et Pensée, du jeudi 13 février à Mouans-Sartoux.

asp-conf1-13fev2014La conférence d’André Marro sur le thème de « la rêverie et les songes, l’intuition au service de la créativité et de la connaissance » a réuni quatre-vingts personnes ce jeudi 13 février 2014. De nombreuses questions des auditeurs se sont succédées jusqu’à tard dans la soirée, donnant à cette intervention une étonnante profondeur… 

« Je ne dors pas, je suis éveillé vingt-quatre heures par jour… mais je pense tout doucement, lentement, avec la pureté du cristal… » Stéphane Mallarmé. 

J’ai choisi ce thème, nous dit le conférencier, car je nourris depuis l’enfance un goût certain pour la contemplation passive même si elle devient de plus en plus active… De plus je pense, mais comme bon nombre d’entre vous certainement, que vouloir « gagner du temps afin de gagner de la vie », a quelque chose de paradoxal… 

Le plan s’est déroulé selon trois approches :

                 1- Tout d’abord une approche anthropologique décrivant le développement de notre capacité imaginative et conceptuelle au fil de notre évolution.

                 2- Puis une approche plus philosophique permettant de :  

       => Visiter nos différents registres de perception du réel, en relation avec le temps

       => Distinguer les rêves de l’intuition et du caractère univoque de la lumière…

                  3- Enfin une dernière approche sur les états intermédiaires comme pouvant être des ouvertures vers des états modifiés de conscience plus profonds… 

 

asp-conf2-13fev2014Pour exemple en ce qui concerne l’approche anthropologique, nous avons vu comment l’être humain, depuis la création du premier outil par lequel, graduellement, il se libère du monde qui l’entoure pour créer un univers intérieur, celui de l’esprit, va inventer un réceptacle, une vacuité au sein de laquelle son imaginaire va pouvoir se déployer… Des sauts qualitatifs successifs majeurs, tels l’invention du biface, véritable sculpture humaine comme le souligne le paléoanthropologue Jean-Marie Le Tensorer, puis celle du feu, de l’habitat… vont permettre la différentiation entre un espace domestique intérieur et un espace extérieur, accentuant le déploiement de la pensée symbolique et spirituelle. Peu à peu l’imaginaire s’emballe, il induit la créativité et la fondation des cultures et des civilisations…


Merci de votre confiance et à bientôt à l’occasion de mes prochains articles sur ce thème et de mon prochain livre, fin 2015… 

.

.

 

Laisser un commentaire