1er cours sur « Une relation réussie soignant/soigné, éducateur/éduqué ».

Professeur André MARRO
Professeur André MARRO

Le 19 septembre 2014 aura lieu le premier cours en extramuros des élèves de première année de DUT Carrières Sociales de Menton.

André Marro, Maître de Conférences associé, profitera de la nature environnant l’IUT pour rendre pratiques des concepts tels que «la relation réussie soignant/soigné, éducateur/éduqué, animateur/animé». Anne Guéguen, chargée de cours en Sciences et Techniques de la Communication à l’IUT co-animera cette journée.  

Ce sera également l’occasion d’explorer le management des Hommes et des équipes ainsi que la notion de «climat social au cœur des organisations sanitaires et médico-sociales».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prévenir les risques psychosociaux en EHPAD (1)

EHPAD-risques-psychosociaux-au-travailLa prise en compte des risques psychosociaux au sein des EHPAD passe, enfin, au devant de la scène. La Haute Autorité de la Santé (HAS) souligne que le phénomène d’épuisement des « acteurs » de ce type d’organisation est une vraie calamité. Mais ceci est cependant explicable. En effet, le nombre de personnes âgées dépendantes ne cesse d’augmenter. En 2040, il devrait atteindre plus d’1,2 million de Français contre 650 000 aujourd’hui répartis dans une dizaine de milliers d’EHPAD. Environ 40% des résidants ont au moins 85 ans avec une majorité de femmes (70%).

La charge en soins est très élevée, elle est liée en particulier à la fréquence des résidants polypathologiques et à la dépendance. De plus, ces dernières années, le secteur du grand âge a connu bien des bouleversements, facteur de stress : diversification des modes d’accueil, médicalisation quasi systématique, obligation de mise aux normes draconiennes des établissements… Enfin dans un EHPAD, le risque d’épuisement professionnel est lié en grande partie à la charge émotionnelle intense que subit le personnel face à la souffrance, à la déchéance physique et mentale et à la fin de la vie.

Mais nous assistons heureusement à la mise en place d’une véritable politique nationale de protection du « sujet » au travail. L’acteur de l’organisation devient prioritaire même si cette attitude pertinente revient à protéger également les usagers des établissements. Nous sommes à l’aube d’un humanisme radical et d’une politique de bon sens. L’aidant ne peut être dans sa « juste posture professionnelle », que dans la mesure où il est en « accord avec lui-même », autrement dit lorsque les conditions professionnelles lui procureront une bonne santé physique et mentale. 

Le terme de « risque psychosocial » est multiforme. Afin de simplifier notre propos et de nous consacrer à l’essentiel à savoir l’identification des risques spécifiques au monde de l’EHPAD et les réponses possibles, retenons uniquement la définition sommaire du Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville : « Les risques psychosociaux sont les risques professionnels d’origine et de nature variées, qui mettent en jeu l’intégrité physique et la santé mentale des salariés et ont, par conséquent, un impact sur le bon fonctionnement des entreprises ». Pourquoi «psychosociaux» ? Parce qu’ils sont en résonance avec l’individualité humaine et son contexte professionnel («psycho» et «sociaux»).

 

Au cours de ces prochaines semaines, nous continuerons à développer nos propos, en approfondissant notamment les points suivants : 
– La responsabilité de l’organisation,
– L’EHPAD, une organisation hautement pathogène,
– Le risque de maltraitance, 
– Les actions de préventions spécifiques en EHPAD,
– La responsabilité de l’acteur « aidant » de l’organisation,


A très bientôt!

André Marro. 

.

.

.

Compte-rendu de la conférence du 13 février : « La rêverie et les songes, l’intuition au service de la créativité et de la connaissance ».

Cette intervention a eu lieu dans le cadre du cycle des conférences de l’association Art Sciences et Pensée, du jeudi 13 février à Mouans-Sartoux.

asp-conf1-13fev2014La conférence d’André Marro sur le thème de « la rêverie et les songes, l’intuition au service de la créativité et de la connaissance » a réuni quatre-vingts personnes ce jeudi 13 février 2014. De nombreuses questions des auditeurs se sont succédées jusqu’à tard dans la soirée, donnant à cette intervention une étonnante profondeur… 

« Je ne dors pas, je suis éveillé vingt-quatre heures par jour… mais je pense tout doucement, lentement, avec la pureté du cristal… » Stéphane Mallarmé. 

J’ai choisi ce thème, nous dit le conférencier, car je nourris depuis l’enfance un goût certain pour la contemplation passive même si elle devient de plus en plus active… De plus je pense, mais comme bon nombre d’entre vous certainement, que vouloir « gagner du temps afin de gagner de la vie », a quelque chose de paradoxal… 

Le plan s’est déroulé selon trois approches :

                 1- Tout d’abord une approche anthropologique décrivant le développement de notre capacité imaginative et conceptuelle au fil de notre évolution.

                 2- Puis une approche plus philosophique permettant de :  

       => Visiter nos différents registres de perception du réel, en relation avec le temps

       => Distinguer les rêves de l’intuition et du caractère univoque de la lumière…

                  3- Enfin une dernière approche sur les états intermédiaires comme pouvant être des ouvertures vers des états modifiés de conscience plus profonds… 

 

asp-conf2-13fev2014Pour exemple en ce qui concerne l’approche anthropologique, nous avons vu comment l’être humain, depuis la création du premier outil par lequel, graduellement, il se libère du monde qui l’entoure pour créer un univers intérieur, celui de l’esprit, va inventer un réceptacle, une vacuité au sein de laquelle son imaginaire va pouvoir se déployer… Des sauts qualitatifs successifs majeurs, tels l’invention du biface, véritable sculpture humaine comme le souligne le paléoanthropologue Jean-Marie Le Tensorer, puis celle du feu, de l’habitat… vont permettre la différentiation entre un espace domestique intérieur et un espace extérieur, accentuant le déploiement de la pensée symbolique et spirituelle. Peu à peu l’imaginaire s’emballe, il induit la créativité et la fondation des cultures et des civilisations…


Merci de votre confiance et à bientôt à l’occasion de mes prochains articles sur ce thème et de mon prochain livre, fin 2015… 

.

.

 

Compte-rendu de la conférence du 11 février : « Le management d’équipes pluridisciplinaires en EHPAD »

medecinsconf2-11fev2014André Marro a présenté le 11 février 2014 à DOMUSVI à Cagnes-Sur-Mer, devant un vaste auditoire composé d’une soixantaine de médecins-coordinateurs, mais également des cadres de santé (psychologues, infirmiers-coordinateurs), une conférence-débat sur le thème du «management d’équipes pluridisciplinaires en EHPAD ».

medecinsconf1-11fev2014Cette conférence, rendue possible par la créativité et la vie du docteur Yvette Giaccardi (présidente de « Sud Coordinateur »), mais aussi par l’accueil de Madame Chantal Vivent, directrice à Domusvi, ainsi que par l’expertise du Docteur Georgeta Dosa, a connu un franc succès. André Marro a pu à cette occasion, souligner que le monde des EHPAD est parfois hautement anxiogène. Ainsi, un EHPAD n’est pas à l’abri de ce que l’on pourrait appeler une « pathologie institutionnelle ».
En effet, ouvert 24 h/24 et 365 j/365, il est doté d’une équipe d’acteurs pluridisciplinaires provenant de milieux sociaux très différents qui se «cooptent » à l’identique, créant ainsi des phénomènes de clans. En outre ces «aidants », côtoyant le mystère de la souffrance et de la fin de vie, peuvent «ressentir », par effet de contagion, des angoisses existentielles et du découragement. Enfin, un EHPAD est soumis à des normes sanitaires et sociales de plus en plus oppressantes et doit s’adapter à un marché de plus en plus concurrentiel.

Aussi, dans ce contexte difficile, manager devient un art…

.

.

.

Conférence Pr Marro, Colloque ASP Mouans-Sartoux – 13 février 2014

Thème«Les états de rêveries et de songes au service de la créativité et de la connaissance»

Cette conférence vous est proposée le jeudi 13 février 2014 à 20 h, par le Pr André MARRO, psycho-sociologue, 
– Maître de conférences associé de l’Université Nice Sophia -Antipolis
– Paléoanthropologue Docteur du Museum national d’Histoire Naturelle de Paris
– Ecrivain essayiste et conférencier. 
salle de la Donation Honegger à Mouans-Sartoux 06370
(entrée par le parking du Château de Mouans)

Le Pr MARRO vous invite à venir partager connaissances, idées de recherche, afin d’optimiser le caractère émancipateur du « savoir », lors de cette conférence, mais également au-delà via sa [page facebook].

Informations utiles :
Lieu  : SALLE DU CHATEAU de MOUANS (entrée par le Parc du Château) à Mouans-Sartoux, suite à des travaux imprévus dans l’autre salle.
Date : le jeudi 13 février 2014 à 20h

 

andre-marro-jp-bourguignon
 Echange entre les Prs A.MARRO & JP.BOURGUIGNON
lors du Colloque Art EXISTENCE Cerveau 2013 (©Colette Degeilh)
.
.
.

Le management des hommes et des équipes en pratique et en pleine nature

Mieux qu’un long discours ou la lecture d’ouvrages illisibles, IRDF propose des mises en situations de management à risques calculés, au sein de l’arrière pays niçois. C’est l’occasion de révéler différentes lois de communication systémique, propres à la psychologie sociale et à l’Ingénierie des Ressources Humaines.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un panthéon à ciel ouvert

La région du mont :

2 000 à 2 800 mètres d ’altitude, plus de 37 000 gravures protohistoriques gravées sur 3 700 roches 
Un paysage de montagne mystérieux: dalles colorées en orange ou rouge… Proximité du ciel, soleil, lune, étoile, orage et foudre…
Torrents, eaux profondes, massifs érodés par les glaciers …

Le mythe de la déesse-mère, apparu dans un contexte pré-agricole, cède progressivement la place à des divinités  masculines, en phase avec le développement de l’agriculture et de la métallurgie : le feu, le soleil, les symboles cornus les motifs rayonnants.

 

Le principe dynamique du couple primordial ne serait-il pas un archétype : l’eau ?

 

Bibliographie

BRETAUDEAU Georges, 1997, « Deux dalles intéressantes du site de gravures rupestres des Lozes, Aussois, Maurienne (73) », Mémoires de l’IPAAM, tome XXXIX, éd. IPAAM, pp. 7-24.

CASSIRER Ernst, « Philosophie der symbolischen Formen », 3 vol., Berlin, 1923, 1925, 1929,  trad. « La Philosophie des formes symboliques », 3 vol., Minuit, 1972.

CAUVIN Jacques, 1994, « Naissance des divinités, naissance de l’agriculture. La révolution des symboles au Néolithique ». Paris, Empreintes, C.N.R.S. Editions, 1994, 304p., 67 fig., 291 réf. Bibl., index.

ECHASSOUX Annie et LUMLEY Henry de, 1991, « Historique de l’étude des gravures rupestres de la région du mont Bego. » In : Le mont Bego. Une montagne sacrée de l’âge du Bronze. Sa place dans le contexte des religions protohistoriques du bassin méditerranéen. Colloque international, Tende, Alpes-Maritimes, vendredi 5 au jeudi 11 juillet 1991, tome 1, pp. 73-81, 11 références bibliographiques.

ELIADE  Mircea, 1949, « Traité d’histoire des religions », Payot, Paris, rééd. 1979.

GUEGUEN Anne, « Le culte du couple divin primordial d’après les gravures de la région du mont Bego, dans le contexte mythologique du Bassin méditerranéen du Néolithique à l’Age du Bronze ancien », Thèse de doctorat du Muséum National d’Histoire Naturelle, Protohistoire, Paris, 14 mai 2003, Atelier National de Reproduction des Thèses, Grenoble.

GUILAINE Jean et coll., 1991, « Pour une Archéologie Agraire », Arnaud Colin, Paris, 576 p, 86 fig., 845 réf. bibl.

GUIRANDFélix, dir. « Mythologie Générale », 1936, 448 p, 882 gravures, 6 hors-texte en couleurs, Larousse, Paris, 1936.

JAMES E.O., 1959, « La religion préhistorique, étude d’archéologie préhistorique », Bibliothèque historique, Paris 1959, 316 p., 14 fig., 3 cartes, 5 tableaux.

MARRO André, «  Le culte du Dieu Taureau et de la Déesse Mère au Chalcolithique et à l’âge du Bronze d’après les gravures de la région du mont Bego, dans le contexte des premiers peuples agriculteurs et pasteurs et des premiers métallurgistes du Bassin méditerranéen ». Thèse de doctorat du Muséum National d’Histoire Naturelle. Paris, le 14 mai 2003, 493 p, 225 fig,  8 tabl, 157 photos, 169 réf. Bibl.

SERRES Thierry, « Les associations de gravures de la région du mont Bego. Analyse et interprétation.» Thèse de doctorat du Muséum  National d’Histoire Naturelle, Quaternaire : géologie, paléontologie humaine, préhistoire. Paris, 19 novembre 2001, 615 p., 270 fig., 198 tabl., 34 photos, 180 réf. bibl.

Toutes les photos et relevés de figures de la région du mont Bego
proviennent du Laboratoire de Préhistoire du Lazaret.

Un regard sur les gravures rupestres du mont Bégo

Probablement il existe un processus universel dans le cheminement de l’inexprimé à la transcription écrite.

A partir d’un silence intérieur surgit des révélations sur différents aspects du réel.
Le témoin de cette révélation est alors poussé par la nécessité de transmettre son savoir et sa  charge émotionnelle.
La parole, le verbe, le signe, induit déjà une déperdition d’informations. Mais la trahison est encore plus grande avec l’écrit. Cristalliser une révélation par un signe pour la rendre éternelle participe à sa destruction partielle. Comme l’avaient déjà souligné les Celtes, l’écriture tue ce qu’elle rend immuable. L’écriture, par la rigidité des normes et des codes qu’elle véhicule, réduit, limite, enferme le côté fluide et vivant de la parole.

Les pictogrammes ou idéogrammes du mont Bego n’échappent pas à cette difficulté.
Les 35000 signes de la région du mont Bego sont constitués par la récurrence de seulement 50 signes individualisables. Comment retrouver la signification de ces gravures dans la mesure ou les graveurs ont disparus et les traces orales avec eux ?

Peut-être en comparant des gravures similaires avec d’autres cultures voisines et encore dotées d’un langage proche de celui de l’époque.

Ou encore, pourquoi ne pas oser réemprunter le chemin des graveurs et chercher par la voie de l’auto-révélation, la signification des grands archétypes culturels de l’humanité ?

.

.